LES DANSES

 

La Réole étant située à la frontière des anciennes Guyenne et Gascogne, il est logique que le programme artistique du groupe tire son origine du passé si brillant de ces deux provinces.

 

Au son du fifre, tambour, flûte et de l'accordéon les joyeux danseurs "Lous Réoulès" vous présenteront :

 

Le Jean de la Réoule : Ronde populaire où sont contés les déboires en ménage d'un célèbre guerrier réolais.

 

La Sabringotte : Danse du vin. Avec beaucoup de fantaisie, chacun cherche un équilibre rendu bien incertain par les bonnes bouteilles des jours de fête.

 

La Varsoreine et le Balancey : Deux danses anciennes fort à la mode dans les salons parisiens que les Gascon interprétaient à leur manière alerte.

 

Le Cordon Bleu : Danse donnée en l'honneur de la maîtresse de maison. Fort bien accueillis, les invités, en reconnaissance des bons plats, remerciaient par cette danse toute gracieuse.

 

Le Congo : Très vieille danse gasconne. Après une série d'entrechats et de figures spectaculaires, ce Congo termine par un saut formidable des danseuses.

 

Le Cap d'ail : Pour apprécier dit-on un bon raisin doré au soleil méridional, il faut le déguster avec un "quignon" de pain frotté à l'ail. En l'honneur de cette coutume gastronomique nos anciens dansaient l'acrobatique Cap d'Ail.

 

La Biguette : Pour exécuter la biguette, il fallait avoir la jambe leste et le pied délié ; qualité que nous retrouvons dans ces rondes de quatre danseurs dont le dynamisme et la détente font plaisir à voir.

 

Le Pic-Pec : Danse échevelée, baptisée danse des fous.

 

La Gale : Danse gaillarde imageant l'aventure amoureuse, mal terminée, d'un Garçon (lou cousin) parti à la ville et revenu chez lui le visage couvert de boutons.

 

Les Bâtons : Typiquement masculine cette danse des "Paöus" était exécutée le jour de carnaval après avoir puisé un maximum d'énergie dans la dégustation de nombreux verres de Sauternes.

 

Le Rondeau : Huit danseurs sautant allègrement, nous content la triste aventure de ce paysan garonnais éconduit au profit d'un villageois. Comme quoi l'attrait de la ville faisait déjà la loi dans nos campagnes.

 

Les Arroumigues : Tous nous connaissons l'écrasant labeur des fourmis qui à la belle saison amassent toutes sortes de réserves. Telles ces fourmis, deux rondes vont et reviennent inlassablement, faisant elles, provision de joie.

 

La Messe de Minuit : Danse pleine de contrastes. Autant les danseurs gardent dignité et silence durant la promenade (Messe de Noël, autant ils expriment leur enthousiasme par des ciseaux, des sauts et un physique très détendu (moment du réveillon).

 

La Maristingo : Ancienne danse des bateliers qui, il y a peu de temps, remontaient sur leurs gabares la Garonne de Toulouse à Bordeaux. Les mouvements des bras simulant les coups d'aviron s'accélèrent progressivement jusqu'a la dernière mesure (arrivée au port).